La naturopathie

La naturopathie est une médecine non conventionnelle. C’est un ensemble de méthodes de soins qui vise à renforcer les défenses de l’organisme par des moyens naturels et biologiques.

La naturopathie est aussi une philosophie, une façon de penser, un art et une science. Le corps humain est très complexe, mais c’est une magnifique « machine », qui sait s’exprimer lorsque quelque chose ne fonctionne plus correctement.

La prévention est le rôle premier du naturopathe. En tant qu’éducateur de santé de l’hygiène de vie, il est là pour vous expliquer de façon claire et simple ce qui dysfonctionne dans votre corps.

L’approche du naturopathe est globale. Tout est pris en compte : aspects physiques, émotionnels, sociaux, environnementaux, etc. Cela permet d’avoir un suivi personnalisé et adapté à chaque individu. Cette approche permet également de trouver la cause, l’origine du symptôme. En effet, si votre corps s’exprime par un symptôme, comme dans le cas d’eczéma, c’est qu’il y a une cause profonde à trouver et à corriger. Cacher le symptôme par un traitement, comme des crèmes, ne règle pas le problème à sa source.

Il faut donc apprendre à écouter son corps, lui donner ce dont il a besoin, prendre du temps pour lui, avant qu’il ne dysfonctionne. Mais, il arrive parfois que des symptômes multiples ou des pathologies se soient installés sur plusieurs années. Le naturopathe peut, dans ces cas-là, vous aider à retrouver le chemin vers une santé optimale. Il ne fera pas le travail à votre place mais vous donnera les clés pour réussir et vous accompagner.

balance-110850_960_720

Les trois principaux piliers en naturopathie :

  • l’hygiène alimentaire (naturelle, de préférence d’origine biologique, équilibrée, adaptée à chacun);
  • l’hygiène physique (activités physiques et sportives, adaptée à chacun);
  • l’hygiène mentale (bien-être psychologique, repos, gestion du stress, méditation, relaxation).

Les techniques complémentaires :

La naturopathie possède 10 techniques naturelles (dont les trois piliers) :

  • techniques respiratoires (exercices emprunté au yoga, bol d’air Jacquier™…);
  • phytologie et aromatologie (infusions, huiles essentielles, EPS…);
  • hydrologie (usage interne (boisson, lavage), usage externe (bain dérivatif, bain chaud/froid, sauna, hammam…));
  • réflexologie  (plantaire, palmaire…);
  • techniques manuelles (massage non médicaux de type californien, musculaire…);
  • techniques énergétiques (magnétisme, minéraux, utilisation d’aimants…);
  • techniques vibratoires (fleurs de Bach, eaux florales, gemmothérapie, utilisations des couleurs et de la lumière…).

Chaque thérapeuthe en utilise plus ou moins selon les préférences. Pour ma part, j’aime travailler avec les trois fondamentaux, mais aussi avec les techniques réflexes et manuelles, les fleurs de Bach, l’aromatologie (huiles essentielles principalement) et la respiration. Ceci sans mettre de côté les autres techniques qui peuvent être adaptées à certaines personnes.

Les 5 principes de la naturopathie :

  • Ne pas nuire
  • Le corps a la capacité d’auto-guérison
  • Trouver la cause profonde
  • Enseigner
  • Prévenir

Le naturopathe se doit de respecter ces 5 principes, afin que vous soyez conseillé au mieux.

A cela s’ajoute d’autres termes tout aussi important :

  • le vitalisme : le naturopathe respecte et favorise l’énergie vitale. Le praticien ne guérit jamais, il accompagne l’auto-guérison;
  • l’humorisme : on parle d' »humeurs » corporelles pour désigner le sang, la lymphe, les liquides interstitiels (ils remplissent les parties vides entre les cellules et les capillaires sanguins) et cellulaires. Le naturopathe étudie les surcharges et carences dans ce milieu intérieur;
  • l’hygiénisme : il est important d’avoir une bonne hygiène alimentaire et corporelle, et d’être en contact le plus souvent possible avec les éléments naturels (eau, terre, air pur, soleil…);
  • l’holisme : le naturopathe considère la personne dans sa globalité, c’est-à-dire qu’il prend en charge l’aspect psychologique, physique, social, énergétique et spirituel de la personne;
  • le causalisme : le praticien ne combat pas les symptômes même s’il peut les soulager temporairement si ceux-ci sont importants. Il va trouver la cause profonde et enseigner comment la corriger.